Marie-Claude Dubois

Développer la gratitude

Comment développer la gratitude chez nos enfants

Comment développer la gratitude chez nos enfants

6 trucs pour éviter qu’ils deviennent des enfants « ingrats permanents » et des adultes malheureux

 

Vous avez parfois l’impression que malgré que vous donnez le meilleur de vous-mêmes à vos enfants, ils semblent peu ou pas reconnaissants ? Pire, malgré tout ce que vous faites pour eux, ils arrivent à se montrer ingrats? Comment arriver à développer la gratitude chez nos enfants dans cette société « instantanée » ?

De plus en plus, les recherches démontrent l’importance de développer la gratitude tant pour les bénéfices physiques et psychologiquesque cela apporte, que sur la qualité des relations sociales et du bonheur que cela apporte devenue adulte. Dans cet article, je vous donne 6 éléments importants pour vous aider à développer la reconnaissance chez vos enfants.

 

6 astuces simples pour développer la gratitude chez nos enfants

 

« Prenons le temps de profiter de chaque instant, de chaque étape de la vie de notre enfant. Ça passe toujours trop vite. Il n’y a jamais qu’une seule vraie urgence : Aimer! » Isabelle Filliozat

 

1.    Observez vos habitudes : Avez-vous développé votre gratitude ?

Si on a l’impression que nos enfants sont ingrats, ce n’est pas seulement qu’ils sont gâtés par nous et par la vie. Une des grandes façons qu’ils apprennent est en nous observant et en copiant nos comportements et attitudes.

 En d’autres mots, ils apprennent mieux par notre exemple, par le modèle que nous lui offrons. Vos paroles et vos gestes ont une grande influence sur vos enfants.

« Il est ben comme son père. » « C’est ben sa mère ça. »

Hé oui ! Ils copient même ce qu’on ne souhaite pas. « Faites ce que je dis, pas ce que je fais. » Ça ne fonctionne pas avec eux. Ils sontprogrammés pour nous imiter, comme nous avons été programmés pour copier nos parents. C’est inscrit dans nos gènes. En fait, dans nos cellules miroirs. Celles-ci nous poussent, très tôt, à observer les adultes qui prennent soin de nous et de faire pareil. C’est très utile. Par exemple, c’est comme ça qu’on apprend à parler.

Alors, premier conseil. Observez-vous.

Avez-vous tendance à ressentir et exprimer de la gratitude dans votre vie quotidienne ? avez-vous tendance à remarquer tout ce qui ne va pas en premier et vous plaindre ?

Comme un miroir, vos enfants peuvent refléter votre attitude face à la vie. Donc, si votre tendance est de voir le négatif et ce qui vous manque en premier, il sera difficile pour vos enfants d’apprendre à apprécier les beaux côtés de la vie. Pour que vos enfants soient reconnaissants, il est important que vous le soyez vous-mêmes. Alors pour apprendre à vos enfants à développer la gratitude, il est nécessaire que vous la manifestiez en premier.

Peut-être avez-vous envie de me dire : « Oui, mais, Marie-Claude, je suis vraiment une personne positive et remplie de gratitude. Comment ça se fait que mon enfant ne suit pas mon exemple ? »

Si c’est votre cas, continuez! Et sachez que c’est vrai que ça peut arriver. Nous verrons plus loin des astuces qui pourront vous aider.

 

2.  Enseignez-leur à développer la reconnaissance pour les petites choses simples

Dans la vie qu’on mène, nous avons tous les jours des multitudes de choses pour lesquelles nous pouvons ressentir de la gratitude. Pour en nommer que quelques-unes :

  • Un bon lit chaud
  • L’eau courante
  • Le soleil qui nous réchauffe
  • Les arbres qui nous donnent de l’oxygène
  • Nos pieds qui nous permettent d’aller où on veut
  • La santé
  • La nourriture
  • Les jouets

Toutes des choses simples qui sont tellement normales que souvent, on oublie de leur porter attention. Toutes ces petites choses qui nous font du bien, qui même si elles peuvent paraître banales, sont des petits miracles.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, avec un père et des oncles un peu maladroits qui reviennent sans cesse avec leur histoire que dans le temps, ils marchaient un mille et demi pour aller à l’école… et qu’ils n’avaient pas des bottes et des vêtements chauds comme nous on a.

Ça nous fait bien rire ces histoires. Et franchement, je me questionne de ce qui est vrai ou faux dans leurs récits. On dirait que chaque fois, ils en rajoutent davantage.

Trêve de plaisanterie. Il ne reste que mon arrière-grand-mère aurait rêvé du luxe que l’on a aujourd’hui. Juste à penser à une douche chaude, à la laveuse, au lave-vaisselle, à l’automobile.

Sans en mettre aussi « épais » que mes oncles l’ont fait, c’est une bonne idée de faire remarquer aux enfants ces choses dans notre quotidien qui tiennent du miracle pour encore beaucoup de personnes dans le monde. C’est une très belle façon de développer leur gratitude.

Nous sommes privilégiés.

Il est important d’en prendre conscience, de l’apprécier et de l’enseigner à nos enfants.

Voici quelques idées pour les aider à en prendre conscience :

  • Prendre de belles respirations et reconnaître la sensation agréable dans leur corps. Avoir de la gratitude pour notre corps qui nous permet d’être en vie, de bouger, de jouer, etc.
  • Rituel de gratitude. Par exemple, à l’heure du souper ou du coucher, chaque membre de la famille nomme une chose pour laquelle elle est reconnaissante. Pour les tout-petits, ça peut être tout simple, par exemple, poser la question « Qu’est-ce que tu as aimé aujourd’hui? »
  • Affiche ou symbole de gratitude. À chaque fois qu’on passe devant ce repère visuel, c’est un rappel de nommer une chose que l’on apprécie. Exemple : « J’apprécie mon chien parce qu’il me fait rire. »
  • Regarder des documentaires avec eux ou lire ensemble des histoires qui font prendre conscience que tous n’ont pas la chance d’avoir une vie aussi privilégiée. Ensuite, discutez ensemble et exprimez votre gratitude.
  • Affiche ou album photo de gratitude. Quand vous vivez un moment de gratitude, prendre une photo pour vous en souvenir. Ensuite, réunissez ces merveilleux souvenirs sur une affiche ou un album que vous pourrez regarder en famille et apprécier vos bons moments.
  • Liste ou journal de gratitude. Chaque membre de la famille écrit ou dessine ce pourquoi ils ont de la reconnaissance. À garder précieusement pour le lire et le relire en famille.

 

3.      Profitez des moments où il manque quelque chose pour développer la gratitude

Tout le monde le sait, en tant qu’humain, on a la fâcheuse tendance à vite s’habituer et prendre les choses pour acquis. Ce qui fait en sorte que tout d’un coup, on se met à les apprécier davantage quand on n’y a plus accès ou on les a perdus.

Pensez simplement à l’internet. On est tellement habitué de l’avoir. On est rendu qu’on chiale quand les pages n’apparaissent pas assez vite à notre goût. Quand on y pense, il y a seulement quelques années, ça n’existait pas. Il n’y a pas que les enfants qui sont gâtés. Hi! Hi!

Pourquoi ne pas profiter ou même provoquer des moments qui nous amènent à davantage apprécier toutes ces commodités.

Quand mes enfants étaient plus jeunes, mon conjoint et moi prenions un malin plaisir à réserver des chalets qui n’avaient pas de télévision ni de réseau internet pour les vacances. « Ha ! Méchants parents! » Je l’avoue. On a eu des crises. Mais croyez-moi. Le jeu en valait la chandelle. Premièrement, les enfants ont appris qu’il existe d’autres façons de s’occuper et d’avoir du plaisir dans la vie. Et deux, ils appréciaient doublement ces privilèges de retour à la maison. En fait, ils apprenaient que justement, ce sont des privilèges.

Sans nécessairement être aussi drastique, qu’est-ce qu’on peut faire à la maison?

  • Profiter des pannes de courant pour exprimer ce qu’on apprécie de l’électricité.

(Pourquoi pas provoquer la panne de temps à autre en faisant une soirée ou une journée sans électricité ?)

  • Faire de même pour l’internet et pour d’autres commodités que l’on tient pour acquises. Par exemple, un samedi sans Netflix, un dimanche sans lave-vaisselle (bien sûr la vaisselle doit se faire en famille), une journée sans un aliment (pain, sucrerie ou autre).

Je vous entends me dire : « Quel chialage ça va faire! » À court terme, oui, assurément. Je vous assure, à long terme, ce sera payant. Pensez à vous-même. Est-ce que ce sont les moments où vous aviez tout, tout de suite, tout le temps qui font vos plus beaux souvenirs d’enfance?

Pour revenir à mes enfants qui faisaient la crise, car il n’y avait pas de télé au chalet. Ils me disent aujourd’huiqu’un de leur plus beau souvenir de famille est d’avoir fait des feux de camp avec les bouts de bois qu’ils trouvaient sur la plage. Une expérience humaine des plus simples que leur a aidé à développer la gratitude.

 

4.      Apprenez-leur à développer la gratitude en appréciant les gens

Chaque jour des milliers de personnes travaillent pour notre bien-être en coulisse. Avez-vous déjà pensés combien de personnes ont travaillé pour que vous puissiez prendre votre café le matin. Juste à y pensé, je suis vraiment impressionnée. Et vous ?

Prendre conscience de ces choses nous aide à développer la gratitude et nous fait apprécier davantage la qualité de notre vie.

Pourquoi ne pas prendre du temps en famille pour y réfléchir et apprécier les personnes autour de nous, que nous les connaissions ou non ?

Qu’est-ce qu’on peut faire pour apprendre à nos enfants à être reconnaissants envers les gens? Voici des idées :

  • Prendre un objet ou un aliment et faire avec eux la liste de toutes les ressources et personnes que ça a pris pour qu’on puisse en profiter.
  • Tour de table. Tous les membres de la famille disent ce qu’ils apprécient les uns des autres. Par exemple : « Valérie, j’apprécie quand tu m’aides à faire mes devoirs. »
  • Mots doux reconnaissance. Chaque membre de la famille écrit sur un bout de papier ce qu’il apprécie chez l’autre et lui remet.
  • Lettre de remerciement. Écrire soi-même et faire écrire aux enfants des lettres pour remercier des personnes ou des organismes que l’on apprécie.

J’apprécie particulièrement ces activités de donner et recevoir. L’enfant apprend non seulement à prendre conscience et à exprimer sa gratitude, mais à recevoir les compliments et à dire merci. Quel beau cadeau pour la vie !

Il est tellement essentiel pour l’enfant d’apprendre à apprécier les personnes et les choses qui l’entourent, et aussi qu’il est apprécié pour qui il est.

 

5.     Montrez-leur à être généreux et au service des autres

Contrairement à ce que l’on croit intuitivement, ce n’est pas seulement en recevant que les enfants développent la gratitude, mais bien en donnant.

Pensons simplement à quel point un sourire offert est contagieux. Le tout-petit nous sourit, nous lui sourions en retour et là, nous voyons les étincelles dans ses yeux. La joie d’avoir donné et reçu un sourire.

C’est cet échange qui apporte le bonheur de la gratitude. En donnant de lui-même, l’enfant apprend que les autres l’apprécient lui et ses actions. Il en aura de la gratitude, ce qui lui donnera envie d’offrir davantage.

Tous, nous avons besoin de nous sentir utiles et appréciés. Cela améliore notre confiance en soi et nous encourage à donner le meilleur de nous-mêmes. C’est vrai pour nous et pour les enfants.

Qu’est-ce qu’on peut leur faire faire?

  • Leur donner des responsabilités ajustées à leur âge. Cela est important pour qu’ils apprennent que les aliments dans leur assiette et leur linge propre n’apparaissent pas par magie.
  • Faire avec eux le ménage des vêtements et jouets dont ils n’ont plus besoin et aller les porter à un organisme en famille. Discuter ensemble des services de l’organisme et des personnes qui en bénéficient.
  • Faire du bénévolat avec eux. Très tôt les enfants peuvent être sensibilisés à la notion d’entraide. Par exemple, on peut offrir des aliments pour les banques alimentaires et participer à recueillir les dons pour La Guignolée. Amasser des bouteilles vides pour les activités scolaires.
  • Offrir de l’aide à un membre de la famille, un ami, un voisin. Simplement ouvrir la porte pour quelqu’un avec le sourire ou offrir de porter un paquet apporte de la reconnaissance et de la gratitude.
  • Profiter des sorties ou autres activités pour prendre conscience que beaucoup de personnes ne sont pas aussi privilégiées que nous et se poser la question : « Qu’est-ce qu’on peut faire? » Trouver ensemble des solutions. Par exemple, offrir des couvertures chaudes à un organisme qui aide les personnes sans-abris.
  • Certaines personnes ne manquent de rien au niveau matériel, mais vivent de la solitude. Les enfants peuvent fabriquer un petit cadeau, écrire une lettre ou même visiter une personne qui a bien besoin de sa joie de vivre.

 

6.     Développez la gratitude en pratiquant la patience

Dans une société où il est facile de gâter les tout-petits avec des collations instantanées, des applications de jeux gratuites sur le téléphone intelligent ou plein de jouets du magasin à un dollar, il n’est pas étonnant que nos enfants apprennent non pas à développer la gratitude, mais à très tôt croire que tout leur est dû et tout de suite.

En même temps que cela peut nous être bien utile, cela peut devenir un cercle vicieux. Plutôt que d’apprendre la gratitude à nos enfants, comme nous le souhaiterions, ça peut leur apprendre la surconsommation et l’instantanéité.

Pour remédier à cette épidémie du tout et tout de suite, je vous suggère deux antidotes :

  1. Apprendre à patienter
  2. Faire la différence entre les besoins et les désirs

Il est vrai que nos enfants ont des besoins et qu’il est de notre devoir d’y répondre pour eux tant et aussi longtemps qu’ils sont trop petits pour y répondre eux-mêmes. Toutefois, cela ne fait pas de nous des serviteurs aux services de leurs moindres désirs. L’enfant a besoin d’apprendre la différence entre un besoin et un désir.

Il a faim, il a besoin de manger. = Besoin

Il a faim, mais refuse de manger ce qu’on lui a préparé pour souper. Il veut manger autre chose. = Désir

Bien qu’il puisse crier, faire une crise de bacon ou une tempête de tous les possibles, et que franchement, dans son petit corps d’enfant, il ressent vraiment le besoin d’avoir autre chose pour souper sinon il se retrouvera en danger de mort imminente.

Même si notre cœur de parent est brisé de le voir si désemparé, notre rôle d’adulte n’est pas de lui offrir tout ce qu’il veut tout de suite pour calmer son malaise, même si nous en avons les moyens. Notre rôle est de lui faire comprendre que oui il a un grand désir, et oui il est déçu de ne pas avoir ce qu’il souhaite. Comme adulte, il est important de soutenir l’enfant dans ces moments d’émotions. Il est nécessaire aussi de le rassurer que nous serons toujours là pour répondre à ces besoins.

Toutefois, ce magnifique jeu n’est pas un besoin, c’est un désir. Même si ça nous crève le cœur, pour qu’il puisse développer la gratitude, l’enfant a besoin d’expérimenter que certains désirs seront comblés et d’autres non. Que certains désirs seront réalisés tout de suite, d’autres devront attendre.

Pour cela, nous pouvons lui montrer l’exemple : « Tu te souviens, combien on a tous attendu longtemps pour avoir la roulotte. Ça a pris beaucoup de temps et maintenant on a tellement de plaisir en camping. On l’apprécie beaucoup. » Il y a une gratification et un plaisir à anticiper. Et quel bonheur quand on a enfin le jouet longtemps convoité.

À court terme, il est difficile pour l’enfant d’apprendre que son désir ne sera pas comblé tout de suite. Toutefois, lorsqu’il le tiendra plus tard entre ses mains, il en ressentira davantage de gratitude et l’appréciera beaucoup plus.

Et surtout, devenu adulte, il vous sera reconnaissant de lui avoir appris ces leçons de vie.

Rappelez-vous lorsque vous étiez enfant. Avez-vous eu tout et tout de suite? Avez-vous le souvenir de quelque chose que vous avez longtemps désiré et le bonheur d’enfin le recevoir? Pouvez-vous vous rappeler d’un moment où vous avez fait des efforts et relevé des défis pour arriver à ce que vous souhaitiez ?

C’est vrai que ce n’est pas facile sur le moment, mais ça forge le caractère, comme dirait l’autre. Et honnêtement, quels cadeaux avez-vous le plus appréciés et souvenez-vous le plus ? Ceux que vous avez eu tout de suite ou ceux que vous avez désirés longtemps? En voulez-vous à vos parents de vous avoir fait attendre et même de ne pas tout vous avoir offert ? Ou au contraire les remerciez-vous de vous avoir appris la vraie vie ?

 

Apprendre la gratitude par la répétition

« Nous sommes ce que nous faisons de manière répétitive. L’excellence n’est donc pas un acte, mais une habitude. » Aristote

Développer la gratitude chez l’enfant, et chez nous-mêmes se fait par de petits gestes réguliers. Il n’est pas nécessaire d’en mettre plein la vue et de se mettre de la pression inutile. Mieux vaut faire de petits exercices dans le quotidien que de grosses activités à l’occasion.

Choisissez une des astuces pour commencer, celle qui vous parle le plus. Et amusez-vous!

 

Et si c’en est trop ?

Peut-être que ce vous regardez toutes ces astuces et que vous ne savez pas par où commencer. Ou peut-être que vous utilisez déjà ces trucs, mais avez de la difficulté à gérer l’ingratitude et les colères de vos enfants.

Si vous ressentez que vous avez besoin d’aide pour y arriver. Contactez-moi! Il me fera plaisir de prendre un moment avec vous pour discuter de comment je peux vous aider.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

2 réflexions sur “Comment développer la gratitude chez nos enfants”

  1. Moi j’adore la chanson de Soprano & Blacko : Ferme les yeux et imagine-toi, je trouve que certaines chansons nous remettent souvent les pendules à l’heure, et je suis souvent passée par des chansons, pour expliquer des choses à mes enfants.
    Comme il l’est bien dit dans l’article, « L’enfant a besoin d’apprendre la différence entre un besoin et un désir », tout comme les adultes. À notre époque, il est bon de rappeler qu’il n’y a pas 100 ans, une douche chaude, était un luxe, laver ses vêtement un effort, … nous devons Être reconnaissant, et apprendre ces valeurs de gratitude, reconnaissance, … à nos enfants: Un de nos + grands défi je pense, être patient, car tout va tellement vite que même les enfants sont en mode scroll.

    1. Marie-Claude Dubois

      C’est bien vrai Marie. Nous sommes tellement habitués aux commodités « simples » de notre vie que nous ne prenons pas toujours conscience de la chance que nous avons. Namsté !

Laisser un commentaire